Un agrément délivré par la préfecture

Les pièges utilisés doivent d’abord être homologués. Cette homologation est prononcée par le ministre chargé de la chasse après avis d’une commission où sont représentés notamment les intérêts agricoles et cynégétiques, les associations de protection de la nature ou de protection animale, les professions intéressées, et qui comprend des personnalités scientifiques spécialisées.

La réglementation prévoit également un agrément des futurs piégeurs, pour l’usage des pièges de catégorie 2. Pour recevoir cet agrément délivré par le préfet, le futur piégeur doit avoir suivi une formation spécifique. Elle est généralement dispensée par la Fédération des Chasseurs et dure en principe 16 heures.

Elle porte sur les points suivants : connaissance des espèces recherchées, manipulation des pièges, connaissance des différents types de pièges, de leurs caractéristiques et conditions d’utilisation, connaissance des mesures propres à diminuer les souffrances des animaux capturés.

Objectif : limiter les souffrances animales et le braconnage

Afin de limiter un maximum le stress et les souffrances des animaux, les pièges doivent impérativement être visités chaque matin dans les deux heures suivant la lever du soleil pour les pièges capturant l’animal vivant. Chaque année ; les piégeurs agrées doivent fournir à l’Administration un relevé de leurs activités et de leurs prises.

La pose des pièges doit être déclarée en mairie. Pour certains types de pièges, les zones piégées doivent être signalée sur le terrain.